Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
@ssociation le Mat Drôme

@ssociation le Mat Drôme

Développement du lien social et agriculture urbaine dans un quartier sensible à Valence

Mat'sélection : Nouvelles de l'agriculture urbaine au Québec, Cuba et ailleurs

Page relais vers un Blog québécois qui recense de nombreux projets autour de l'agriculture urbaine

Le jardinier urbain

Une collection des nouvelles, video et notes sur l'agriculture urbaine

Les jardins urbains de la Havane

 

 

Urban Leaves: community farms in Mumbai

 

Un court metrage sur l’agriculture urbaine à Mumbai

Big City Farms

The ideal farm would be in your neighborhood. Not only would it be close to home, but it would be accessible. It would use trustworthy, safe, traditional farming practices so you could rest at ease using the produce for your family. It would provide an exciting variety of fresh produce that could be distributed sustainably to the surrounding community.

Des jardins accessibles à tous

http://www.infodimanche.com
Par Cathy Gagnon


Agrandir

Victorien Michaud, président des Jardins Communautaires de Rivière-du-Loup et agriculteur à la retraite, s’occupe quotidiennement et bénévolement des jardins depuis 21 ans, aidé par une dizaine d’autres bénévoles.
Photo: Cathy Gagnon

Extraite: Rivière-du-Loup – Il y a maintenant 21 ans, le projet des jardins communautaires de Rivière-du-Loup était initié pour aider les familles les plus démunies à mettre de la nourriture sur leur table et à leur fournir une occasion d’augmenter leur fierté personnelle.

Ce geste est bien encore d’actualité puisque manger sainement est une préoccupation pour une large proportion de la population. Maintenant ouverts à tous, les jardins permettent de pouvoir bénéficier des bienfaits du jardinage en donnant accès à une parcelle de terre cultivable à ceux qui n’en ont pas. Une preuve qu’il est possible d’avoir ses propres légumes même si on habite un 2 ½  au centre-ville.

Lire l’article au complet: Des jardins accessibles à tous

 

Le projet de toit vert toujours sur la glace

Agence QMI
Sarah Bélisle
27/07/2011 16h59

Marché Jean-Talon - Le projet de toit vert toujours sur la glace
Les organisateurs du Jour de la Terre pourrait avoir à trouver une alternative au projet du toit vert.©CourtoisieMONTRÉAL – Le projet d’aménagement d’un toit vert et d’une terrasse au-dessus du marché Jean-Talon est toujours suspendu dans l’attente des résultats d’une évaluation de la Ville de Montréal quant à la sécurité du projet.

Les organisateurs du Jour de la Terre songent donc à une alternative.

C’est qu’il n’est pas certain que les structures du plus imposant marché public de la métropole soient à même de supporter les bacs de verdure.

«Si ce n’est pas sécuritaire de le faire, on ne s’acharnera pas», a assuré le directeur du Jour de la Terre Québec, Pierre Lussier.

Les organisateurs du Jour de la Terre Québec prévoient tout de même aller de l’avant avec un projet d’agriculture urbaine semblable à sa proposition initiale pour cette journée spéciale. Les terrains vagues aux abords du chemin de fer qui sépare Rosemont du Mile-End sont dans sa mire.

L’organisme compte bien rapprocher les Montréalais de la terre et de l’agriculture. «On veut montrer aux gens que les champignons ne poussent pas dans les boîtes», a-t-il ajouté.

M. Lussier souhaite tout de même conserver le concept proposé pour le marché, soit «un projet un peu fou […] qui mélange une œuvre d’art, d’architecture, tout en demeurant utilitaire».

«Le marché Jean-Talon, c’est une grosse partie de l’identité de Montréal, un peu comme le mont Royal», a dit M. Lussier.

Pour l’instant, la Ville et la direction de la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal ont entamé des discussions afin de déterminer l’ensemble des besoins du marché, non pas uniquement ceux liés au projet de toit vert. Ensuite, l’étude de la structure pourra débuter.


LE CRAPAUD LANCE UN PROJET DE RUCHES URBAINES

2011-07-28 | ACTUALITÉS |Université du Québec à Montréal

Deux ans après le lancement des jardins du Collectif de recherche en aménagement paysager et en agriculture urbaine durable (CRAPAUD), l’organisme récidive avec la mise en place de deux ruches d’abeilles installées sur la terrasse du Complexe des sciences Pierre-Dansereau. Ce projet, réalisé en partenariat avec l’Institut des sciences de l’environnement, le Département des sciences biologiques et la Faculté des sciences de l’UQAM, représente un moyen de sensibiliser le grand public au rôle majeur joué par cet insecte pollinisateur dans le maintien de la biodiversité et dans l’alimentation. La présence d’abeilles sur le campus favorise de plus la pollinisation des jardins potagers du CRAPAUD, ainsi que des jardins avoisinants. La première cueillette de miel de l’UQAM aura lieu d’ici la fin de l’été.

«Les ruches serviront aussi pour la recherche scientifique et l’enseignement universitaire, notamment dans les programmes en environnement, en biologie et en chimie, explique Éric Duchemin, professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement. Ce sera un support formidable pour la formation dans le cadre des activités offertes par le CRAPAUD au grand public, comme l’École d’été sur l’agriculture urbaine qui accueille depuis trois ans plus de 100 participants.»

Grâce à ce projet, l’UQAM rejoint un vaste réseau de ruches urbaines que l’on retrouve entre autres à Québec, New York, Vancouver et en France, par l’entremise du programme «Abeille, sentinelle de l’environnement». «L’Université prend ainsi part à ce mouvement mondial qui vise à lutter contre la disparition massive des abeilles constatée par les scientifiques depuis une dizaine d’années», rappelle Annie-Claude Lauzon, membre du CRAPAUD. On peut d’ailleurs lire une entrevue sur la disparition des abeilles publiée dans l’édition du 4 avril 2011 du journal L’UQAM à l’adresse suivante : http://www.uqam.ca/entrevues/entrevue.php?id=886.

Santropol Roulant cultive son toit

24 HEURES – Le vendredi 22 juillet 2011
Mélanie Colleu
21/07/2011 13h56

Grâce à son nouveau jardin sur son toit, le Santropol Roulant compte doubler sa production de légumes et venir en aide à un maximum de personnes.Photo Mélanie Colleu/24h.

UN SITE D’AGRICULTURE URBAINE SUR LE TOIT D’UN CENTRE D’ALIMENTATION COMMUNAUTAIRE

 Extrait: Allier nourriture saine et accessibilité, voilà l’objectif que s’est fixé le centre d’alimentation communautaire Santropol Roulant. En ouvrant un deuxième jardin, sur son toit, il espère non seulement doubler sa production de légumes frais pour offrir des produits de qualité aux personnes dans le besoin, mais aussi faire figure d’exemple.

« Nous souhaitons qu’une alimentation biologique puisse être à la portée de tous, quel que soit le statut social ou le niveau d’autonomie de la personne », annonce Tim Murphy, coordonnateur du développement durable au Santropol Roulant.

Grâce aux nombreux bénévoles, l’équipe de cette popote roulante située en plein cœur du Plateau Mont-Royal livre depuis 16 ans près d’une centaine de repas à prix réduit par jour, à des Montréalais n’ayant pas forcément la possibilité de faire leur épicerie.

 

Lire l’article au complet: Santropol Roulant cultive son toit

Truck Farm : une agriculture qui roule

 

Un court métrage américain faisant la promotion de l’agriculture urbaine remporte du succès à l’international.

http://www.laterre.ca
15 juillet 2011
par Mathieu Simard - Cultures

Semer dans la boîte d’une vieille camionnette Dodge. C’est l’idée qu’a eue le cinéaste Ian Cheney, au printemps 2009, après avoir dû abdiquer devant son projet d’avoir un jardin à New York, faute d’espace. Grâce à du matériel pour aménager un toit vert, à des semences et à beaucoup de volonté, Cheney a réussi à créer un potager mobile mille fois plus petit qu’un hectare. Sa fermette sur roues aura permis de produire du brocoli, des laitues, des piments, des tomates, des pois mange-tout, des radis et une foule de fines herbes.

Au printemps 2011, le projet, baptisé Truck Farm : a Film and Food Project, a pris de l’expansion et c’est une flotte de 25 camions du genre qui roule désormais, des pousses à leur bord, à travers les États-Unis. La mission du projet demeure la même : faire la démonstration que l’agriculture peut être facile, amusante, gratifiante, et ce, même si on ne possède qu’un petit lopin de terre.

Le court métrage retrace les péripéties entourant la mise sur pied du projet. Le film d’une cinquantaine de minutes a remporté plusieurs prix à l’international, dont le prix du public et le prix du jury lors du Green Film Festival de Séoul.

 

Truck Farm : une agriculture qui roule

Les Jardins Saint-Ambroise à Loretteville: une autre manière de jardiner

http://www.quebechebdo.com

Publié le 15 Juillet 2011
Philippe Rodrigues-Rouleau


La présidente des Jardins Saint-Ambroise, Denise Martel, accompagnée de la secrétaire du conseil d’administration, Céline Levesque.(Photo Andrée-Anne Trudel)

 Extrait:

Plus de 100 propriétaires cultivent fleurs et légumes à cet endroit

Depuis huit ans, les Jardins Saint-Ambroise proposent aux jardiniers – érudits ou amateurs – de joindre l’utile à l’agréable. Remplir son panier à légumes n’aura jamais été aussi convivial et chaleureux qu’à Loretteville!

Situés sur la rue Yves-Thériault en plein cœur d’un quartier résidentiel, les Jardins Saint-Ambroise sont nés d’une initiative de la ville de Loretteville. Mis de côté au moment des fusions municipales du début des années 2000, puis ressuscité par l’arrondissement de la Haute-Saint-Charles en 2004, le projet repose aujourd’hui sur les épaules de cinq résidents du secteur…

Un nouveau site d’agriculture urbaine mis sur pied par un centre d’alimentation communautaire

19 juillet 2011

Montréal – Maintenant que les travaux sont complétés au nouveau jardin sur le toit du Santropol Roulant, le paysage de la ville vient de prendre un coup de vert. En effet, quatre types d’agriculture urbaine y sont présentement en démonstration. L’organisme du Plateau Mont-Royal célébrera l’inauguration du jardin ce jeudi le 21 juillet à son nouvel espace situé au 111, rue Roy est.

« Ces nouveaux espaces de culture viennent s’ajouter à notre jardin situé à l’université McGill; ce dernier a produit plus d’une tonne de légumes en 2011. De simples jardiniers, nous sommes progressivement devenus des agriculteurs urbains, et la petite popote roulante de quartier est en train de se transformer en un véritable centre d’alimentation communautaire, un endroit où les gens peuvent apprendre à faire pousser, manger et partager de la nourriture d’une manière accessible et novatrice » dit Tim Murphy, coordonnateur en charge du développement durable au Santropol Roulant.

Voici une liste des nouveaux ajouts situés sur le toit du Santropol Roulant : un toit vert d’une superficie de 1500 pieds carrés où a été aménagé un jardin en rangées, une grande terrasse-jardin équipée de 40 contenants, une petite cuisine, une serre pour les semis au printemps, ainsi que deux petites ruches dans le cadre d’un projet-pilote d’apiculture urbaine. De plus, dans le sous-sol de la bâtisse se trouvent un système de vermi-compostage et une chambre froide pour entreposer les légumes du jardin.

« Les jardins sur les toits comme le nôtre contribuent non seulement à la production locale d’aliments, mais ils aident aussi à lutter contre les îlots de chaleur et à réduire le ruissellement des eaux de pluie. Nous avons pour objectif que notre espace soit à la fois un site de démonstration de l’agriculture urbaine avec ses nombreux bénéfices sociaux et environnementaux,  et un moyen de lutter contre le problème des îlots de chaleur qui affecte surtout les personnes les plus vulnérables de la population.», ajoute Tim Murphy.

Les médias sont invités pour un petit-déjeuner, une conférence de presse et une visite des lieux  débutant ce jeudi 21 juillet à 9h et se terminant vers 10h30. Un autre événement est prévu en soirée à 19h avec des ateliers portant sur les toits verts et l’apiculture urbaine, ainsi qu’une prestation musicale au jardin-terrasse.

Le projet d’agriculture urbaine a été rendu possible grâce au soutien financier de la Fondation EJLB, de l’Institut National de Santé Publique, de la Fondation Kaufmann, Fonds Rio Tinto Alcan Canada et d’Howard Reitman.

 

Le Santropol Roulant est un organisme sans but lucratif situé à Montréal qui a été fondé et est géré par des jeunes de la communauté.Nous utilisons la nourriture pour briser l’isolement social et économique, créer des liens entre les générations et nourrir la communauté.

 

Contact:            Tim Murphy, Coordonnateur du développement durable

514-442-4381 (c)

tim@santropolroulant.org

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article